Prise en charge des MNT pendant le Covid-19: le plaidoyer de la Société Civile camerounaise

8 décembre 2020
image conférence de presse NCD

 La Coalition Camerounaise Contre le Tabac  et les autres  membres de l’Alliance de la Société Civile Camerounaise contre les Maladies Non Transmissibles (CACSNA) étaient face à la  presse le 25 Novembre 2020 à Yaoundé. L’objectif était de présenter aux hommes et femmes de médias,  le rapport  sur l’état et le rôle des services contre  les Maladies Non Transmissibles (MNT) pendant la pandémie COVID-19. De manière précise, il a été  question de dresser un état des lieux sur la manière dont  les MNT ont été prises en compte dans la riposte nationale  contre  le COVID-19.  Suivant le rapport produit sur la base des données collectées depuis le mois de septembre 2020, la pandémie du coronavirus a révélé la nécessité de renforcer le  système national de santé avec une nouvelle perspective qui soutient la couverture sanitaire universelle. Un domaine clé qui a mis cela en lumière est l’impact disproportionné sur les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies préexistantes. Tout comme le statut socio-économique affecte la santé, il a été démontré que les maladies chroniques affectent de manière significative l’issue de la co-infection par le COVID-19. La pandémie a également perturbé les services destinés aux personnes atteintes de Maladies Non Transmissibles. Protéger la santé des personnes vivant avec les MNT grâce à des politiques adéquates est essentiel.  Le document  indique par ailleurs que les efforts pour lutter contre le COVID-19 doivent se préoccuper d’eux-mêmes et s’attaquer aux inégalités provoquées par des conditions ou maladies préexistantes néfastes pour la santé. Les stratégies de réponse du Cameroun au COVID-19 doivent être renforcées pour inclure les maladies chroniques non transmissibles.

Les  données du rapport montrent en effet  qu’aucune action spécifique n’a été prescrite envers les personnes vivant avec des MNT au niveau des décideurs. Néanmoins, peu d’acteurs et les parties prenantes non étatiques ont mené des actions  innovantes telles que contacter les patients par téléphone, fournir des informations sur le lien entre le COVID-19 et les MNT, ainsi que l’octroi d’un équipement de protection individuelle aux Personnes Vivants avec les MNT (PVMNT).  Bien que ces efforts soient louables, ils sont insuffisants pour soutenir les personnes vivant avec des MNT étant donné la force des perturbations auxquelles elles sont confrontées. Par conséquent, les recommandations ont été formulées  dans le rapport et un vibrant appel  lancé aux membres de l’Alliance de la société civile camerounaise et aux parties prenantes travaillant sur les questions de MNT au Cameroun. Il leur est demandé de manière générale de redoubler d’efforts en particulier pendant le COVID-19.

 Aux équipes en charge du Centre de Coordination des opérations d’Urgence, le rapport recommande d’inclure les préoccupations des Personnes vivant avec les MNT dans les programmes camerounais de préparation, de réponse et de financement au COVID-19, de  plaider pour la réduction des inégalités liées à la mortalité et d’ impliquer une représentation stratégique des parties prenantes des populations vulnérables dans la planification et la mise en œuvre de la réponse stratégique nationale au COVID-19 et au-delà pour éviter le travail involontaire dans les silos sanitaires.

 Au Ministère de la Santé Publique, il est demandé  de reconnaître et  de remédier aux inégalités dues aux vulnérabilités différentielles liées COVID-19, de financer, de soutenir la recherche et le pilotage de modèles de soins innovants qui répondront aux besoins des Personnes vivant avec les MNT (PVAMNT).  Le Ministère de la Santé est aussi invité à  mettre un accent sur la Communication des risques, sensibiliser les professionnels de la santé impliqués dans la riposte COVID-19 et les MNT pour leur vigilance et leur soutien et mettre en place des registres électroniques,  faciliter l’accès aux médicaments.  S’agissant de cette dernière proposition, le rapport  insiste sur la nécessité pour le gouvernement de  fournir gratuitement des médicaments contre les MNT dans le cadre de la liste des médicaments essentiels de la Couverture Santé Universelle  au Cameroun, afin d’éviter les doubles et triples fardeaux pour les personnes vivant avec des maladies chroniques pendant les pandémies comme le COVID-19.

 Aux organisations non gouvernementales et hôpitaux, le rapport recommande la mise en œuvre de la Communication sur les risques et  l’engagement communautaire  en fournissant une éducation sanitaire destinée aux PVAMNT et à la population sur le lien entre le COVID-19 et les MNT.

Les Universitaires quant à eux devraient  mener des recherches  nécessaires  et produire  les données sur les MNT et la comorbidité liée au COVID-19 pour guider la prise de décision concernant le COVID-19 pour les PVAMNT. Ces recherches permettront également d’évaluer en permanence des modèles de soins innovants et le renforcement du système de santé afin de mieux reconstruire vers un système de santé plus solide et efficace.

 En ce qui les concerne, les Personnes vivant avec les MNT sont invitées à adopter les mesures préventives prescrites par l’OMS et le gouvernement pour éviter de contracter le COVID-19. Elles doivent aussi  accéder aux établissements de santé malgré le COVID-19, pour le suivi et les soins tout en observant les mesures de barrière.  le rapport demande enfin aux PVAMNT de partager leurs préoccupations,  de s’impliquer et  de  mener le plaidoyer  pour  la prise en compte des MNT pendant le COVID -19.


Vous avez aimez cet article? Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

three × 4 =

Dans la même catégorie