Les effets nocifs du tabac sur la reproduction

21 septembre 2015
sextabac
Les conséquences du tabagisme sur la santé ne sont plus à démontrer. Toutefois les effets sur la reproduction ne sont étudiés que depuis quelques années.

Chez la femme, le tabagisme est associé à une diminution de la fertilité de 15 à 40% selon les études. La corrélation négative entre tabagisme et fertilité spontanée est avérée, avec un taux cumulatif de grossesses à un an diminué de 15% et une augmentation moyenne du délai de conception de 6 mois à 1 an. Cette hypofertilité est proportionnelle à la consommation et réversible après sevrage. Par ailleurs la ménopause est en moyenne avancée de 2 ans chez les fumeuses.
La principale conséquence du tabagisme serait une altération ovocytaire, telle qu'elle a pu être constatée en PMA avec une diminution du nombre d'ovocytes recrutés, du taux d'implantation et de grossesses. Ces 2 derniers points pourraient également s'expliquer par une fonction lutéale perturbée par le tabagisme.
Chez l'homme, une diminution du pouvoir fécondant liée à l'altération du sperme a également été constatée (avec des résultats plus hétérogènes). Plusieurs équipes ont objectivé une oligospermie, une nécrospermie et une tératospermie.
Enfin, même en cas de survenue de grossesse, des complications sont observées chez le conceptus ou l'enfant en cas de tabagisme parental : augmentation du nombre de fausses couches, des morts subites du nouveau-né, de certains cancers pédiatriques (hémopathies et tumeurs cérébrales), des infections respiratoires.
Pour toutes ses raisons, la prise en compte d'un tabagisme doit être une priorité en médecine de la reproduction et les professionnels de santé doivent se mobiliser pour obtenir un sevrage chez les couples candidats.


Vous avez aimez cet article? Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

five + ten =

Dans la même catégorie