Tabagisme: le Cameroun étouffé par la publicité du tabac

25 avril 2016
Publicité du tabac a proximité du groupe scolaire les biquetins ydé 5

Pour vendre le plus de produits du tabac possible, l'industrie du tabac (IDT) emploie un large éventail d'approches directes et indirectes qui ont pour but de recruter de nouveaux consommateurs.

Avec la loi 2006 régissant la publicité, la prohibition de la publicité en faveur des produits du tabac a été étendue à tous les supports publicitaires, ainsi qu'à la propagande et aux actions de parrainage en faveur des produits ou des marques de tabac. Malheureusement l’application de ce texte  tarde et  l’IDT profite de cet état de choses pour recruter davantage de fumeurs. Ceci,  en violant les dispositions de la dite loi et  développe des actions de communications autour de nouveaux supports ( panneaux d’affichage, Facebook, les comptoirs des points de vente, les paquets de cigarettes mais aussi plus de 15 milliards d’images des produits du tabac véhiculées chaque année dans les films et autres productions audiovisuelles) . Ainsi, ce début de saison estivale, de nouvelles campagnes publicitaires ont été lancées pour attirer de nouveaux consommateurs. Yaoundé comme toutes les autres métropoles camerounaises sont envahies par des parasols, kiosques et affiches (format A3) de marques Rothmans, des marques comme Gold Seal, Benson and Edges switch ne sont pas en reste.

Selon les membres de la Coalition Camerounaise Contre le Tabac (C3T), cette promotion est  grave violation l’article 39 la loi de 2006 régissant la publicité au Cameroun. Pour Dr Flore NDEMBIYEMBE, présidente de la C3T, la non application de la loi portant sur la publicité au Cameroun, permet à l’industrie du tabac de recruter et de séduire les adolescents, très influençable en ce début de saison estivale.

En raison de sa mortalité et de sa morbidité, le tabagisme constitue un enjeu de santé publique au Cameroun comme dans le monde entier. Chaque année, il fait plus 6 millions de morts  dans le monde. Si aucune action immédiate n’est mise en œuvre au niveau local et mondial, le nombre de décès annuels pourrait augmenter de manière considérable dans les prochaines années. D’après l’OMS, la publicité en faveur du tabac, la promotion et le parrainage du tabac alimentent cette épidémie mondiale.

C’est fort de ce constat que la  Société civile appel à l’action du gouvernement pour protéger la jeunesse camerounaise du poison qu’est le tabac.

 

 

 


Vous avez aimez cet article? Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 2 =

Dans la même catégorie