Mobilisation: la C3T lance la campagne «Zéro publicité en faveur du tabac»

6 septembre 2015
12208244_1017537694965636_404994771_n

A travers cette campagne, la Coalition camerounaise contre le tabac (C3T) entend interpeller les pouvoirs publics sur la nécessité d'interdire la promotion de la nicotine sur le territoire national

La Coalition camerounaise contre le tabac (C3T) a tenu ce mardi, 03 novembre 2015, une conférence de presse à Yaoundé. A l'ordre du jour, le lancement de la campagne «Zéro publicité en faveur du tabac». Une initiative qui a pour objectif principal, l'interdiction de la publicité autour du tabac et du parrainage de ce produit sur l'ensemble du territoire national.
Cette caravane conduite par la C3T tient lieu de sonnette d'alarme, à l'endroit des pouvoirs publics camerounais, au moment où le président du conseil national de la publicité, Issa Tchiroma Bakary, a annoncé la tenue, dans les prochains jours, d'une session devant réunir les membres dudit conseil pour l'examen d'un projet de décret réglementant la publicité du tabac au Cameroun.
En effet, lors du conseil de cabinet de septembre dernier, le Premier ministre, Philémon Yang, a prescrit l'édiction des textes d'application de la loi de 2006 régissant la publicité au Cameroun, dans le but de recadrer la publicité de la cigarette et autres produits du tabac.
La rencontre de ce mardi avait donc pour effet «d'attirer l'attention des parlementaires, des membres du Conseil national de la publicité] et de l'opinion publique, sur l'importance d'interdire la publicité du tabac au Cameroun, dans le but de sauver les vies».
Selon des statistiques communiquées par la C3T, 42,1% des adultes sont exposés à la fumée du tabac au Cameroun. En tant que membre des Etats parties à la convention cadre de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Cameroun s'est engagé à lutter contre la contre la propagande du tabac, et « rompre cet engagement contribuerait à discréditer le pays», a précisé Patrick Sangou, coordonnateur de la campagne lancée ce jour.
Aussi, l'occasion leur a permis de réfléchir sur les moyens de ralentir ce fléau qui prend de l'ampleur au Cameroun. Notamment, l'augmentation des taxes, la réduction de l'offre et la demande, l'interdiction de la vente du tabac par les mineurs et la création des espaces pour fumer.
Par Jeanne Florine Mouano

Vous avez aimez cet article? Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

eleven − one =

Dans la même catégorie