Marquage sanitaire graphique: Les journalistes sensibilisés sur la réglementation

3 décembre 2018
Conférence de presse

 A travers une conférence presse organisée le 22 Novembre dernier à Yaoundé,  la Coalition Camerounaise Contre le  Tabac (C3T) a présenté aux journalistes, les principales dispositions de la réglementation qui institue le marquage sanitaire graphique  au Cameroun dès 2019. Il s’agit de l’arrêté de l'arrêté conjoint n° 0001 /Minsanté/Mincommerce du O3 Janvier 2018, qui fixe les modalités de conditionnement et d'étiquetage des produits du tabac commercialisés au Cameroun. Cette mesure réglementaire qui répond aux exigences de la CCLAT a pour objectif d'amener les fumeurs à prendre conscience des risques sanitaires auxquels ils s'exposent lorsqu’ils consomment ces produits réputés dangereux et mortels. Ainsi donc  dès janvier 2019, sur les paquets de cigarettes vendus au Cameroun, l'on ne verra plus seulement le laconique message qui renseigne sur le fait que « le tabac nuit gravement à la santé du fumeur et de son entourage ». Ce sera désormais: en français:  » Le tabac tue«   ou « Fumer tue » ou en anglais, « Smoking kills » ou « Tobacco kills ».

Ces informations seront accompagnées d'une image illustrant l'avertissement général. C'est ce que stipule la réglementation qui prend effet dès janvier 2019. Précision de taille, cette image va couvrir au moins 70% de la superficie de la face avant et arrière  de l'unité de conditionnement et de tout emballage extérieur.

 En adoptant cette mesure réglementaire, le Cameroun se conforme à l'une des dispositions de la Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé pour la lutte anti-tabac (CCLAT), notamment l'article 11, que le pays a ratifié en 2006. Le texte appelé à  entrer en vigueur dans quelques mois fera aussi disparaître les conditionnements de moins de 20 bâtons de cigarettes. C’est en faveur de l’article 15 qui indique que  » les tiges de cigarettes sont conditionnées dans des paquets de vingt (20) unités ».  Ces conditionnements favorisaient en effet l’accessibilité des couches vulnérables et principalement les jeunes aux produits du tabac. D’autres  changements attendus sont  l’élimination des  mentions évoquant un goût,  la présence d’un arôme ou de tout autre additif. L’article 4 de la Réglementation stipule en effet que: « Est prohibé, tout message, symbole, nom, signe figuratif ou tout autre élément qui : (…) évoque un goût, une odeur, tout arôme ou tout autre additif, ou I ‘absence de ceux-ci ».

Toutes ces dispositions ne sont toujours bien accueillies par l’industrie. Cette dernière multiplie les démarches auprès des autorités pour obtenir leur modification ou tout simplement  leur annulation. Une telle démarche qui vise à retarder le plus longtemps possible la mise en œuvre de la réglementation, appelle à une vigilance de tous les acteurs. Parmi ces acteurs, on compte bien évidemment les Hommes de médias  dont  le rôle est important dans la lutte contre le tabac. Ils doivent en effet donner la bonne information aux populations et rappeler aux pouvoirs publics et aux opérateurs, leur rôle respectif dans la protection de la santé publique. Leur rôle est aussi de sensibiliser le public sur les changements à venir dès 2019 avec la nouvelle présentation des paquets de cigarette. Pour jouer pleinement leur rôle, les journalistes doivent avoir une parfaite maîtrise de la réglementation, d’où cette conférence de presse. A l’occasion, les professionnels des médias ont été sensibilisés sur le bien fondé du marquage sanitaire graphique. Il offre de nombreux avantages pour protéger la santé des populations. Les étiquettes de mise en garde sous forme d’images exposent de façon efficace les risques inhérents à la consommation du tabac, elles sont d’excellents moyens de diffuser des messages relatifs à l’impact nocif du tabagisme et  permettent de faire connaitre davantage les risques associés au tabagisme. Les images peuvent: influencer les futures décisions concernant l’usage du tabac, motiver les fumeurs à arrêter le tabac,  dissuader  les non-fumeurs de commencer à fumer et empêcher  les anciens fumeurs de reprendre leurs vielles habitudes.


Vous avez aimez cet article? Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

two × 2 =

Dans la même catégorie